89740-OIJ34P-979
22 mai 2017

Pratiquer le Brain Gym pour améliorer ses capacités d’apprentissage

Entretien avec Fabienne Greffard, professeure d’allemand, qui intègre le Brain Gym à sa pédagogie

 

Fabienne Greffard est professeure d’Allemand en collège et lycée. A un moment de sa carrière d’enseignante, elle s’est retrouvée démunie face à des élèves qui rencontraient de véritables blocages en termes d’apprentissage. « C’étaient des élèves qui travaillaient, qui étaient motivés… mais qui ne réussissaient pas une fois arrivés à l’école. » Elle prend l’exemple d’« un élève qui apprend sa poésie par cœur à la maison, qui la connait mais est incapable de la réciter une fois en classe ».

Les méthodes pédagogiques traditionnelles n’arrivaient pas à débloquer ces élèves en difficulté. Elle a recherché des moyens pour les aider et a découvert l’éducation kinesthésique. Il s’agit d’une approche qui stimule les compétences d’apprentissage comme la lecture, la mémorisation, l’écriture, l’attention… par des mouvements. De fil en aiguille, Fabienne a décidé de se former à cette méthode appelée Brain Gym pour acquérir une clé supplémentaire dans sa façon d’enseigner.

 

Qu’est-ce que le Brain Gym, précisément ?

Littéralement, c’est la Gymnastique du Cerveau !

Ce sont des petits mouvements simples et rapides à exécuter dans le but de stimuler les capacités intellectuelles et physiques nécessaires dans les processus d’apprentissage.

 

Actuellement en formation pour accompagner en éducation kinesthésique, elle a obtenu l’accord de l’établissement scolaire dans lequel elle enseigne pour tester la méthode sur une classe de 4ème.

 

Comment les élèves ont-ils accueillis votre proposition de mettre en place le Brain Gym au démarrage de vos cours ?

Je leur ai présenté la méthode et j’ai ensuite laissé bien sûr le choix à chacun d’y participer ou pas. Au départ, ils ont trouvé ça bizarre, mais ont joué le jeu ! Maintenant, ce sont eux qui le réclament et qui démarrent les activités tous seuls ! Ils se sont rendus compte de ce que ça leur apporte.

 

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

L’objectif est de mettre « le cap sur l’apprentissage » en « rebranchant » le cerveau. Il s’agit d’un enchainement de mouvements qui durent de 40 secondes à 1 minute chacun. C’est ce qu’on appelle l’ECAP :

E : boire de l’eau pour apporter de l’Energie

C : c’est le coup de Clarté pour réveiller le cerveau et les yeux et avoir ainsi les idées plus claires

A : pour Actif : nous faisons des mouvements croisés pour stimuler tout le corps. Cela dynamise et réveille les élèves parfois encore endormis le matin ou après le déjeuner !

P : pour Positif : ce mouvement leur permet de se recentrer sur eux et les apaise – on laisse les problèmes à la maison et on se concentre sur le cours.

Les élèves sont alors prêts à apprendre !

Parfois, j’ajoute des mouvements supplémentaires en fonction de ce que j’ai prévu de faire pendant la séance : pour la gestion de stress, quand il y a un contrôle ; pour « ouvrir grand ses oreilles », quand il y a de nouvelles notions à intégrer ; des mouvements spécifiques pour activer la créativité…

Ces exercices prennent 5 minutes au début du cours : ce n’est pas du tout une perte de temps car nous gagnons en efficacité pendant le reste du cours.

 

Quel bilan en tirez-vous ?

C’est une classe que je connais depuis l’an passé et nous appliquons le Brain Gym depuis 8 semaines, 2 fois par semaine à la 1ère heure de cours. Le bilan est positif : 3 élèves vraiment en difficulté ont amélioré leurs notes. Les autres élèves n’ont pas forcément amélioré leurs résultats mais ont une meilleure concentration et il y moins de bavardage en classe. Je note une plus grande participation à l’oral, notamment pour des élèves qui restaient attentistes auparavant. Je trouve qu’au-delà des capacités d’apprentissage pures, ça a créé du lien et une unité entre les élèves qui favorisent très certainement cette meilleure participation. De plus, les élèves de mes autres classes, ayant pris connaissance de cette « expérimentation », veulent aussi faire les mouvements de Brain Gym !

 

Et vos collègues, qu’en pensent-ils ?

L’accueil par mes collègues curieux et ouverts à ce genre d’approche est positif : ils pensent que c’est une très bonne idée car cela va dans le sens d’accompagner l’enfant en tant que personne, pas uniquement en tant qu’apprenant. Cela a éveillé leur curiosité : certains d’entre eux sont venus assister à un début de cours pour voir concrètement de quoi il s’agit. D’un autre côté, certains autres collègues s’y intéressent de plus loin, voire pas du tout. Cela dépend des centres d’intérêt de chacun.

 

Comment envisagez-vous la suite ?

Je continue et termine ma formation pour être animatrice Brain Gym et pour accompagner en Education kinesthésique. Mon objectif ensuite est d’intervenir en école primaire et pourquoi pas à l’IUFM afin de former les professeurs et intervenir directement dans les classes. J’envisage également d’intervenir auprès de particuliers en séance individuelle puisque cette approche permet de stimuler les compétences de chacun et d’ouvrir de nouvelles perspectives au quotidien : pour s’adapter facilement à de nouvelles situations, pour prendre la parole aisément en public, pour mieux communiquer avec sa hiérarchie, ses collègues, son conjoint… L’éducation kinesthésique peut apporter une réponse à toutes ces problématiques !

Tags
apprentissagebaingymcerveaucollègeconcentrationécoleéducationkinesthesiquelycéemouvementspédagogie

Laisser un commentaire

Derniers commentaires

Aucun commentaire récent

Suivez-nous !

Contactez-nous

Vend'études

3 bis rue Foch
85000 La Roche sur Yon

02 51 62 43 27

Demande de renseignements

Navigation
Menu